samedi 18 février 2017

La France vertueuse



La France vertueuse... mais jusqu'à quand?

Jean Pierre Riou

L’avenir de notre planète est menacé par 9 à 10 milliards de terriens, à horizon 2050, dont les capacités de pillage et de destruction seront directement liées avec la quantité d’énergie dont chacun d’eux disposera.

Cette quantité d’énergie est également corrélée au pouvoir d’achat en révélant le niveau d’industrialisation et de capacité de transformations, qui correspondent aux créations de richesses de toute société.

Si la véritable vertu reste la frugalité, face au défi climatique, celle d’une société aspirant à la croissance se mesure par le rapport entre ses émissions de CO2 et son pouvoir d’achat.

Enerdata indique, pour la plupart des pays, cette intensité CO2, ou quantité de CO2 émise par la consommation totale d’énergie d'un pays, divisée par son produit intérieur brut (PIB) et exprimée en kilo de CO2 par dollar constant (2005).

Dans le classement mondial, la France apparait en 4° position, derrière le Nigéria, la Suède, et la Colombie.
(Source https://yearbook.enerdata.net/#CO2-intensity-data.html)

Cette excellente place est permise par son exceptionnel système électrique dont 95% de la production est exempte d’émissions de CO2.
Cet atout, à lui seul, explique la différence avec l’Allemagne, puisqu’il n’émet que moins de 30 millions de tonnes de CO2 par an, tandis que le système allemand, dont la première ressource est le lignite et la seconde le charbon, en émet plus de 300 millions. 
Et dont la seule biomasse émet à elle seule, selon les critères RTE appliqués à la France (0,98t/MWh), plus de CO2 que tout notre parc électrique…




Cette différence entre nos systèmes électriques, rapportée au nombre d'habitants, correspond, grosso modo, à la différence d'émissions entre nos 2 pays. 

(France 298Mt/CO2, Allemagne 713Mt/CO2 en 2015: source Enerdata)



Partant de ce constat, 2 questions raisonnables se posent : 

1° Doit on tendre, en France, vers une décroissance, en consommant moins d’énergie, ou peut on se contenter de limiter les émissions des 9/10° de la consommation d’énergie moins « vertueuse » que le secteur de la production d’électricité ?

2° Peut on éviter d’aider les populations actuellement privées de l’accès à cette énergie, et, dans la négative, comment les mettre sur la voie d’une utilisation rationnelle d’une énergie climato – compatible ?


L’évidence de l’impasse vers laquelle nous entrainent les politiques actuelles en matière d'énergie nous décourage de répondre à chacune de ces 2 questions et même de préciser pourquoi...
     

Aucun commentaire:

Publier un commentaire