jeudi 31 mars 2016

L'Allemagne ferme ses centrales thermiques!

Avec les éoliennes, l'Allemagne va fermer ses centrales thermiques!

Avertissement: la date de publication de cet article a suggéré ce titre douteux en forme de poisson d'avril. Tous les éléments n'en restent pas moins authentiques.
Le Mont Champot avait d'ailleurs déjà communiqué la liste des nouvelles centrales charbon lignite programmées d'ici 2025.
(1760MW de nouvelles centrales au lignite, 4555MW au charbon et 12960MW au gaz, info vérifiable sur le site officiel BDEW  Auswertung der BDEW-Kraftwerksliste (PDF)

Il y a tout juste un an, le Figaro décrivait la situation critique la centrale ultramoderne et non polluante d'Irshing qui «n'a pas vendu du tout d'électricité sur le marché (...en 2014) et n'était lancée que lorsqu'il y avait besoin de stabiliser le réseau électrique dans le sud de l'Allemagne pour répondre à des fluctuations temporaires». Victime de la concurrence du charbon et de la priorité donnée aux énergies intermittentes renouvelables, son exploitant E.on avait demandé l'autorisation de fermer cette centrale. Cette autorisation lui avait été refusée. Le taux de charge éolien et photovoltaïque est en effet susceptible de tomber à 0%, et le rôle de "back up" de cette centrale était indispensable pour la sécurité d'approvisionnement. Et des subventions lui avaient été accordées.
Mais ces subventions couvrant à peine les frais de fonctionnement, la situation était devenue intenable et l'électricien avait menacé d'un recours en justice pour avoir le droit de fermer.

Ces accords arrivant à leur terme très précisément ce 1° avril, nous devrions assister rapidement à l'épilogue du feuilleton et, véritable poisson d'avril, voir pour la première fois des énergies intermittentes remplacer quelque chose de pilotable en Allemagne.
En effet, sa formidable puissance aléatoire supplémentaire n'avait réussi, pour le moment, qu'à provoquer la crise actuelle du système électrique européen qu'elle inonde de ses surplus intermittents.
Sans permettre de supprimer le moindre MW pilotable.

 https://www.energy-charts.de/power_inst.htm

Et si le recours judiciaire risque d'être nécessaire à l'exploitant pour pouvoir fermer sa centrale, c'est bien parce que sans l'intégralité de ses moyens pilotables, l'Allemagne sera menacée d'un blackout si le vent tombe.

Retenons notre souffle!







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire